Le blog des Harpes Camac

Blog > Non classifié(e) > En attendant le Festival Camac : J-7 !

En attendant le Festival Camac : J-7 !

Grand countdown 7

Grâce à la générosité des artistes présents au Festival Camac 2015, nous continuons notre distribution de cadeaux virtuels. Aujourd’hui, il s’agit d’un enregistrement d’esthétique contemporaine : le premier mouvement de l’excellent « Rokudan » de Toshiro Mayuzumi. Il a été enregistré par Mai Fukui, qui interprétera pour nous les Danses de Debussy à Nancy la semaine prochaine.

Mai Fukui

Mai Fukui

Mai Fukui est née au Japon, mais a grandi en Suède et a étudié au CNSMDP, dans le classe d’Isabelle Moretti. Elle a été lauréate de la bourse d’études décerné par la Rohm Music Foundation. Mai a obtenu son Master mention Très Bien à l’unanimité avec les félicitations du jury, ainsi que le prix spécial du jury. Elle a remporté de nombreux prix dans divers concours comme à Osaka (2001), à Nippon (2002), à Paris au Concours International de la Cité des Arts (2004), à Bloomington (2007), et en Israël (2012). Elle a également reçu le Prix Sakuya Konohana Award décerné par la ville d’Osaka en 2014, et le « Prix de la Révélation » distribué par la Kyoto Aoyama Music Foundation en 2012.

 

 

 

Mai Fukui et Toshiro Mayuzumi sont tous deux des artistes japonais. J’ai toujours apprécié « Rokudan », qui n’est pas joué autant qu’il le mérite. Je me suis dit qu’il serait intéressant de demander à Mai quelle est la dimension japonaise de cette oeuvre.

« Le “Rokudan” est inspiré du “Rokudan-no-shirabe” composé par Kengyo Yatsuhashi (1614-1685) », nous explique Mai. « C’était une pièce écrite pour le koto traditionnel japonais et composée pendant l’époque d’Edo (1603-1868). Elle a été composée avant même la naissance de Bach et des siècles avant que la musique occidentale ne soit introduite au Japon. Nous pouvons dire que cette musique était vraiment de la musique traditionnelle japonaise. Le « Rokudan » que j’ai enregistré est un arrangement contemporain pour harpe à pédales, écrit en 1989 par Toshiro Mayuzumi (1929-1997).

C’est au cours de l’ère Meiji (1868-1912) que la musique occidentale est arrivée au Japon. De nombreux musiciens, dont Mayuzumi, ont commencé à partir faire leurs études à l’étranger. Mayuzumi a étudié au Conservatoire de Paris, comme moi ! Même s’il a abandonné ses études au bout d’un an, il a été beaucoup influencé par la musique concrète, la musique électronique, la musique d’Edgard Varèse, la musique aléatoire de Cage… et il a rapporté tout cela au Japon.

Bijoux de la harpe/Mai FukuiDans son « Rokudan »,  il parvient à utiliser des techniques comme faire des glissandi avec les pédales, jouer avec la clé d’accord, les pizzicati de Bartok, afin d’évoquer les sons des instruments traditionnels japonais. Le premier mouvement rappelle le timbre du koto, le troisième mouvement (joué avec la clé d’accord) nous donne une idée du son du shamisen (la guitare japonaise), et le cinquième mouvement revient au koto, associé cette fois au taiko (tambour japonais). »

Vous pourrez apprécier les autres mouvements du « Rokudan », ainsi que bien d’autres pièces solo magnifiques, sur le premier disque de Mai : “Bijoux de la Harpe”. En août 2014, cet album a été nommé « Disque d’Honneur » et a reçu le « Prix d’Enregistrement » de la part du magazine Record Geijutsu, célèbre revue japonaise. Ce CD est disponible sur Amazon dans votre indispensable boutique en ligne Camac.

Vous n’êtes pas encore inscrit(es) pour recevoir nos cadeaux quotidiens en attendant le Festival Camac ? Remplissez vite ce formulaire, il reste encore six beaux cadeaux à recevoir !

[mc4wp_form id= »2117″]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.