Le blog des Harpes Camac

Blog > Concours Français de la Harpe, Limoges – Résultats !

Concours Français de la Harpe, Limoges – Résultats !

Michelle Sweegers, Jakez François

Michelle Sweegers, 1er prix à l’unanimité de la catégorie « Supérieur », en compagnie de Jakez François

Un grand bravo aux très nombreux candidats qui ont participé au Concours Français de la Harpe, à Limoges le weekend dernier ! Les résultats sont disponibles sur cette page.

Le Concours Français a été créé par Marie-Monique Popesco et Véronique Chenuet. Elles souhaitaient offrir aux harpistes l’opportunité de participer à un concours quel que soit leur niveau ou le type de harpe jouée. Ce concours propose donc des catégories par niveau allant des débutants aux jeunes professionnels, et des catégories ouvertes aux harpes celtiques et/ou aux harpes classiques. Depuis sa création, le Concours Français de la Harpe attire un grand nombre de candidats : 113 harpistes ont ainsi participé à la toute première édition, et ce chiffre ne cesse d’augmenter d’année en année. Pour cette 7e édition, les candidats avaient fait le déplacement de toute la France, mais aussi d’Italie, d’Espagne, du Portugal, d’Allemagne, de Belgique, de Slovénie, de Russie et même de Chine.

Tous ont eu la chance de jouer devant un jury de musiciens très réputés : Alain Voirpy, Anne Le Roy-Petit, Isabelle Marie, Sylvain Blassel, Véronique Chenuet et Sophie Hallynck. Ce concours se caractérise également par le soin et l’attention apportés au bien-être des candidats.

Elisabeth Fontane-Binoche

Elisabeth Fontane-Binoche, à la fin de son récital au Concours Français de la Harpe 2016

Les concours sont des moments suffisamment délicats et stressants dans la vie d’un jeune musicien pour qu’il ait à se préoccuper de soucis logistiques, et c’est pourquoi nous saluons tout particulièrement l’attention apportée aux détails à Limoges : l’accueil très chaleureux, la mise à disposition et le transport des instruments pour les candidats. « Depuis le début de ce concours, nous avons toujours eu à cœur de mettre les candidats dans de bonnes conditions », explique Véronique Chenuet, « comme s’il s’agissait de nos propres élèves, ou de nous-mêmes. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.