Le blog des Harpes Camac

Blog > À la une > Congrès mondial de la harpe, Cardiff : 6e jour !

Congrès mondial de la harpe, Cardiff : 6e jour !

La sixième journée du Congrès mondial de la harpe a été ponctuée par de remarquables récitals classiques d’une part, et par la découverte de l’histoire du Pays de Galles d’autre part – avec une touche de swing manouche au milieu !

Florence Sitruk

Florence Sitruk

FLe récital de Florence Sitruk nous a emmenés dans un voyage musical à travers l’Europe, de l’Italie (Pescetti, Scarlatti), Vienne (Mozart), l’Espagne (Mudarra, Albeniz), la France (Debussy, Tournier), l’Autriche (Schubert) et la Belgique (Godefroid). En présentant ces pièces, Florence a rappelé qu’une des choses les plus précieuses du Congrès mondial est qu’en changeant de pays à chaque édition, il permet de revoir de vieux amis et d’en rencontrer de nouveaux.

Ne montrant aucun signe de fatigue bien qu’il ait dirigé quatre concertos la veille, Sylvain Blassel est monté sur scène pour interpréter un programme virtuose de transcriptions de Liszt de lieder de Schubert. Son interprétation de Der Wanderer, Gretchen am Spinnrade, Das Wirtshaus, Der Müller und der Bach, Du bist die Ruh, Der Doppelgänger, Auf dem Wasser zu singen et Das Sterbeglöcklein a été ovationnée par les acclamations du public. Non seulement Sylvain relève régulièrement le défi d’interpréter des répertoires que peu jugeraient possibles à la harpe, mais il choisit toujours de la grande musique. Loin de nous l’idée de dénigrer le répertoire original pour harpe, mais avoir l’occasion d’écouter l’un des sommets de la musique comme ces lieder de Schubert est une nourriture pour l’âme des harpistes.

 

Christine Lutz, Ben Creighton Griffiths

Thierry Lutz (guitare), Christine Lutz and Ben Creighton-Griffiths

Avant de prendre la route pour le Musée national d’histoire de St-Fagans où se déroulait la nuit galloise, nous avons profité du dernier Happy hour de Camac (à l’heure du thé, ce qui est relativement tôt pour un happy hour, mais c’est quand même le sixième jour du Congrès mondial de la harpe…) Christine et Thierry Lutz nous ont offert un merveilleux concert de swing manouche, à la fin duquel Christine a invité son collègue en jazz manouche, Ben Creighton-Griffiths, à les rejoindre sur scène pour un duo improvisé.

Le temps de déplacer quelques harpes et il était déjà temps de se rendre à St-Fagans, un fantastique musée d’histoire vivante. Il combine des expositions sur l’histoire et la culture galloises avec des bâtiments historiques qui, pour être préservés, ont été transportés pierre par pierre et reconstruits dans l’enceinte du musée. Il s’agit notamment d’une église datant de 1150 et somptueusement repeinte telle qu’elle aurait été en 1500, de différents cottages gallois à travers les âges, d’une Maison des travailleurs, et bien plus encore. Tout au long du musée et de son parc, nous avons assisté à diverses démonstrations de traditions galloises, de la danse des sabots à Gwenan Gibbard interprétant les chansons de “Cerdd Dant” dont elle est spécialiste. Le Wales Harp Ensemble, qui a joué au début de la soirée, comptait pas moins de 59 harpistes !

 

Tout ceci n’est qu’une petite partie de tout ce qui s’est passé ce mercredi 29 juillet. En plus de la nuit galloise, c’était la journée irlandaise, avec les ensembles de harpes irlandais suivants qui se sont produits dans le foyer à différents moments : le Bray CCÉ Harp Ensemble, le Laois Harp Ensemble, le Mayo Harp Ensemble, le Music Generation Harp Collective, le Louth Harp Ensemble et le Elver Harp Ensemble.

 

Music Generation Harp Collective

Music Generation Harp Collective, ensemble irlandais de harpes celtiques, interprète « Cláirseoireacht » (harpe) de Michael Rooney

Du côté écossais, Heather Downie et Catriona McKay ont toutes deux animé des ateliers de clarsach ; il y avait aussi des ateliers de jazz, l’un par Park Stickney et l’autre par Amanda Whiting et Felice Pomeranz, tous deux sur les thèmes des études de jazz. Alfredo Rolando Ortiz a donné un atelier sur les rythmes d’Amérique latine, et le programme comprenait également des hommages à des harpistes incontournables. Sioned Williams a donné une conférence sur John Thomas, harpiste gallois de la reine Victoria, tandis que la série de récitals partagés « Just One Solo » a rendu hommage aux regrettés Pierick Houdy, Murray Schafer, Ami Maayami, Sergiu Natra et Joseph Molnar.

Il semble difficile de croire que demain sera déjà le dernier jour du Congrès mondial de la harpe. L’exposition Camac restera ouverte demain tout au long de la matinée avant que ne commence le grand déménagement, tandis que le programme artistique se poursuivra toute la journée et la soirée. Nous vous tiendrons au courant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.