Le blog des Harpes Camac

Blog > Actualités > Une harpe-miroir pour Caroline Lizotte

Une harpe-miroir pour Caroline Lizotte

Nous sommes très fiers d’avoir créé pour Caroline Lizotte une harpe de concert hors du commun : une Big Blue électroacoustique à la finition chromée, lisse et pure comme un miroir. Quand la harpe est arrivée à Montréal, Caroline a écrit à Jakez : « Ça fait maintenant trois jours que je me fonds dans son reflet, en me rappelant combien j’ai eu de la chance de pouvoir collaborer avec toi sur ce projet fou ! Et tu dois en être fier aussi. Tu as toute ma reconnaissance et mon admiration. Cette harpe représente parfaitement notre amitié, notre détermination, notre audace et notre liberté ! »

Jakez and Caroline outside our ateliers in Mouzeil

Jakez et Caroline devant nos ateliers à Mouzeil

Nous réalisons des harpes chromées depuis un moment déjà, mais la finition de celle de Caroline représentait un challenge particulier de par l’effet de miroir clair et limpide que nous recherchions. Ce serait mentir que de dire que ce projet fut mené à bien en peu de temps, mais le résultat valait la peine d’attendre. Caroline continue : « Tu sais bien qu’avant de la brancher je n’ai pas pu m’empêcher de l’explorer acoustiquement et j’avoue être très impressionnée par sa sonorité. Les basses sont profondes et ont une identité, j’adore le médium – il est absolument exquis, puis l’aigu qui m’apparaît plus discret, laisse de la souplesse aux éventuels traitements.

Et puis que dire une fois branchée ! J’ai retrouvé depuis ces quelques jours le bonheur intense que j’ai vécu à Vancouver en 2011 – je retrouve enfin la puissance de cette harpe, qui peut meubler à elle seule le Forum de Montréal !

J’en suis maintenant à me familiariser avec son côté électrique, avec les incroyables possibilités des 4 sorties. J’en ai pour des lunes à apprivoiser sa technique et sa physique, et m’en voilà bienheureuse! »

 

The "Mirror Harp" safely arrived in the Maison Symphonique, Montreal

La « Harpe Miroir » est bien arrivée à la Maison Symphonique de Montréal

Caroline a rêvé d’une telle harpe depuis ses 17 ans. Dans les années 90, elle avait rejoint le groupe de rock de son frère : « Mange l’Ours Mange » et amplifié sa harpe acoustique du mieux qu’elle pouvait avec divers types de micros. Si vous avez déjà essayé de faire ça vous-même, entendu un(e) ingénieur(e) du son pleurer, hurler, tempêter alors qu’il ou elle essaie de faire ça pour vous, ou si vous avez lu le Dictionnaire de la Harpe Bleue que Jakez a rédigé – alors, vous savez qu’amplifier une harpe acoustique est loin d’être facile. Ceci est encore plus vérifiable dans le rock, où tout est amplifié à l’extrême, y compris les problèmes. « Néanmoins, je savais que c’était la direction musicale que je voulais prendre », dit Caroline, « et tout ce que j’ai dû tenter, expérimenter avec les micros et les effets sonores a également influencé mes compositions.

Au début des années 2000, j’ai commencé à jouer avec le groupe techno Eden 106 ; ce qui m’a inspiré l’écriture du Concerto Techno opus 40 pour harpe, techno live et orchestre en 2003. Les parties « techno » de ce concerto ont été créées et jouées par Guy Pelletier, membre fondateur de Eden 106. Et bien sûr, cela a aidé à élargir mes connaissances dans l’amplification de la harpe. C’est pendant ma période techno que j’ai commencé à rêver d’une harpe chromée. J’avais recouvert ma harpe noire acoustique de Venilia chrome, c’était mieux que rien.

Caroline's harp covered in mirrored contact paper

La harpe de Caroline couverte de Venilia chrome

En 2008, j’ai été invitée à jouer mes compositions lors du Congrès Mondial de la Harpe d’Amsterdam, et pendant mon séjour, j’ai eu l’occasion d’entendre Edmar Castaneda donner un concert extraordinaire sur une Harpe Bleue de Camac, à la finition argentée. Le lendemain, je me suis directement rendue à l’exposition Camac. J’étais bouleversée par la Harpe Bleue – c’était exactement ce que j’avais cherché pendant si longtemps.

Quand le Congrès Mondial suivant est arrivé, cette fois pas trop loin de chez moi, à Vancouver, j’ai eu l’occasion d’emprunter une Harpe Bleue pour la présentation de mon Concerto Techno opus 40. C’est alors que ma décision fut prise – je devais en avoir une, et non seulement j’ai demandé une finition argentée, mais avec un effet miroir de surcroît ! Heureusement, Jakez avait l’intention de travailler avec des chromeurs pour réaliser cette idée. C’est la première harpe électroacoustique à la finition miroir qui ait jamais vu le jour !

Concerts, compositions et développements dans la manufacture d’instruments s’encouragent et se dynamisent mutuellement, et je me sens renaître avec l’arrivée de ce nouvel instrument. Je suis actuellement en train de travailler sur mes compositions spécialement écrites pour la harpe électroacoustique et les nouvelles ouvertures qu’elle m’apporte par rapport à une harpe acoustique simplement amplifiée.

Caroline Lizotte, chrome Big Blue

Par exemple, en avril 2015, je vais donner un concert de mes propres compositions – « Lizotte joue Lizotte » – au cours duquel je ferai la création mondiale de mes Danses Métales opus 47, une série de miniatures que j’avais composées dans les années 90s sur une harpe amplifiée ; mon mari et multi-instrumentiste Étienne Ratthé et moi jouerons la version chambriste du Concerto Techno opus 40 ; et la harpiste Éveline Grégoire-Rousseau me rejoindra pour Stellae Saltantem opus 49 pour harpe acoustique et harpe électrique, œuvre commandée récemment par le Atlantic Harp Duo.

J’ai très envie de développer le répertoire de la harpe électrique, et je peux enfin le faire puisque j’ai maintenant l’instrument adéquat entre les mains !

 

Je dois encore me pincer pour le croire. Ce magnifique rêve que j’avais depuis plus de vingt-cinq ans, est finalement devenu  réalité. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.