Le blog des Harpes Camac

Blog > À la une > Limoges… en Chine !

Limoges… en Chine !

Concours Français de la Harpe en ChineVoici un reportage qui débute par une histoire d’amitié et de collaboration, qui connaît quelques rebondissements inattendus en cours de récit… et qui débouche sur une fin heureuse pour clore le chapitre !

Le Concours Français de la Harpe est un rendez-vous incontournable du calendrier des harpistes et des Harpes Camac depuis plus d’une décennie. Chaque année à Limoges, c’est plus d’une centaine de concurrents, des débutants les plus novices aux jeunes professionnels, qui affluent pour se retrouver dans un environnement d’émulation bienveillante.

Rompues à l’art d’accueillir des harpistes d’au moins vingt nations différentes, les directrices artistiques et fondatrices Marie-Monique Popesco et Véronique Chenuet envisageaient déjà de futurs développements avant même que frappe la crise Covid. « Nous avons fondé notre concours en 2010 dans le but de développer et d’échanger autour du répertoire de la harpe, en particulier le répertoire français bien sûr », rappelle Marie-Monique Popesco. « Au fur et à mesure que le concours prenait de l’ampleur, nous nous demandions comment rendre notre projet plus proche de ceux qui ne pouvaient pas se déplacer à Limoges, ou qui n’auraient peut-être pas les moyens de voyager aussi loin. Je commençais à réfléchir sérieusement à ce sujet, lorsque la crise Covid est survenue. »

La 11e édition du concours a pu se tenir juste à temps, du 28 février au 1er mars 2020, elle fut ainsi l’un des derniers événements à se dérouler avant le confinement. Alors que l’équipe Camac applaudissait les derniers concurrents et déplaçait les harpes au sein du Conservatoire de Limoges, nous n’imaginions pas encore ce qui allait se passer…

North London video competitions 2020

Notre premier concours en ligne, Londres 2020

Un autre concours de harpe, également soutenu par Camac depuis plus de dix ans, a lieu chaque printemps à Londres. Prévu moins d’un mois après celui de Limoges, il a donc été l’un de nos premiers événements à être annulé. Face à cette situation, nous avons tenté l’expérience d’organiser ce concours en ligne, et nous furent les premiers étonnés de recevoir 170 inscriptions provenant de tout le Royaume-Uni et d’Irlande, ainsi que de nombreux commentaires des participants, de leurs enseignants et des parents sur les bénéfices de cette initiative.

Chinese tour of France 2019: ParisLors de l’été 2019, nous avions beaucoup apprécié l’organisation de notre premier « Tour de France » de la harpe. En collaboration avec notre partenaire en Chine Duoli Wu et les professeurs chinois Guan Wang, Lin Lin Wei et Xue Mei Zheng, nous avons accueilli une trentaine de harpistes chinoises en France. A l’instar du Concours Français de la Harpe, nous nous étions donné comme mission d’approfondir le répertoire et la culture de la harpe française. Nous avons forgé de solides relations d’amitié, et nous avons commencé à concevoir de nombreux projets d’avenir pour développer notre présence en Chine.

Au fur et à mesure de l’évolution de la crise Covid, le président des Harpes Camac, Jakez François, a pu constater son impact sur les festivals, les concours et tous les types de manifestations dans le monde entier. Il était conscient que les concours sont un élément clé de l’éducation musicale en Asie et particulièrement en Chine, Guan Wang lui avait d’ailleurs suggéré d’organiser un concours dans son pays. Jakez était également au courant que le Concours Français souhaitait se développer. Enfin, Camac et Duoli Wu étaient motivés pour se lancer ensemble dans une nouvelle aventure. « Voilà ce que je me suis dit : », se souvient Jakez, « Covid ou pas Covid, pourquoi ne pas combiner tout cela ? »

C’est ainsi qu’est né le « Concours Français de la Harpe en Chine – en ligne ». Il s’agissait d’un concours en ligne, similaire dans son format à ce qui avait été expérimenté à Londres, mais à une échelle plus ambitieuse et suivant la vision de Limoges d’explorer une partie essentielle de notre répertoire : la musique française.

« La réalisation de ce nouveau « Concours Français de la Harpe en Chine » est une vraie opportunité pour le développement du concours. En effet, lorsque nous l’avons créé en 2010 notre but était de « développer et d’échanger autour du répertoire de la harpe ». Tout au long de ces 11 dernières années, les échanges avec les différents partenaires, les facteurs de harpes, les professeurs, les membres du jury et les étudiants, ont concrétisé ce concours d’une manière extraordinaire tant sur le plan pédagogique que sur le plan des échanges humains.

Je voudrais remercier du fond du coeur nos différents partenaires pour la réalisation de cette nouvelle version chinoise. Je souhaite que cette nouvelle approche du concours puisse continuer à se développer pour donner la chance à tous de réaliser ses rêves. » – Marie-Monique Popesco, Présidente et fondatrice du Concours Français de la Harpe

Dès le début, ce fut une véritable collaboration. Du côté français, Véronique Chenuet et Marie-Monique Popesco ont assuré la direction artistique en suggérant des œuvres imposées principalement françaises, puis, rejointes par Sylvain Blassel, ont formé le noyau du jury. Guan Wang, professeur au Conservatoire Central de Pékin, et Duoli Wu, se sont chargés de l’organisation en Chine. Guan a défini les catégories et a fait la sélection finale du répertoire imposé ; quant à lui, Duoli a supervisé le processus d’inscriptions vidéo. Quel était le rôle des Harpes Camac ? Nous étions une sorte de chef d’orchestre, distribuant les rôles et faisant le relais entre l’équipe chinoise et les partenaires français… et bien sûr nous avons sponsorisé les prix. Le lauréat de la plus haute catégorie reçoit ainsi une invitation, tous frais payés, à se produire à Limoges lors de la prochaine édition du concours français de la harpe.

« 2020-21 est une période incroyablement compliquée pour tout le monde. Je pense que nous pouvons malgré tout faire quelque chose d’intéressant en ces temps extraordinaires. De plus en plus de jeunes jouent de la harpe en Chine. Même pendant la crise, ils ont besoin d’objectifs d’apprentissage et d’une chance de jouer. Jakez m’a présenté à Mme Popesco et à Mme Chenuet, je tiens à les remercier pour cette belle sélection de répertoire !

Guan Wang

Guan Wang

Je suis également ravie de la réaction des professeurs de harpe en Chine. Nous avons reçu un grand nombre de vidéos et les candidats étaient très bien préparés. Merci beaucoup à tous les membres du jury, à Jakez, et à Duoli de Camac Harps China ! » – Guan Wang, professeur de harpe, Conservatoire Central de Musique de Chine, Pékin

« Duoli WuCe fut un honneur de pouvoir collaborer à l’organisation de ce premier concours national en ligne. J’ai été très impressionné par le nombre et la qualité des contributions, ainsi que par l’engagement des parents et des enseignants à maîtriser le processus d’inscription en ligne. Nous avons essayé de faire simple, mais c’était une expérience nouvelle pour tout le monde. Nous avons réalisé le premier concours de harpe en ligne de l’histoire de la harpe en Chine. En ces temps difficiles, je tire beaucoup de réconfort et d’inspiration du fait que tant de jeunes harpistes chinois ont pu néanmoins vivre le Concours Français de la Harpe, et interpréter de la musique française pour harpe devant un jury français de ce calibre. » – Duoli Wu, Beijing Aria – Camac Harps China

Cela nous amène au dénouement heureux de l’histoire – ou du moins, de ce chapitre. Duoli a reçu quatre cents candidatures provenant de toute la Chine continentale. Le jury s’attendait à être bien occupé, et le travail s’est également révélé être un plaisir. « C’est avec grand plaisir que j’ai participé à l’élaboration du programme et au jury du Concours Français de la Harpe en Chine – en ligne », commente Véronique Chenuet. « Les candidats étaient très bien préparés dans l’ensemble, filmés dans de jolies tenues, et jouant de beaux instruments. Le programme de musique française demandait une approche délicate et sensible que les meilleurs ont su mettre en valeur et faire passer à travers l’écran. Ce concours est une réussite par le grand nombre de participants et la qualité des prestations. »

Yuanyuan ZhuangFélicitations à 庄媛媛 Yuanyuan Zhuang, qui a remporté le grand prix d’excellence, et à tous les autres lauréats face à tant de concurrence ! Pour la liste complète des résultats, cliquez ici.

Limoges en Chine« Je suis impressionnée tant par l’implication des professeurs chinois que par le nombre et la qualité des prestations des candidats », confirme Marie-Monique Popesco. « Les vidéos nous ont permis d’apprécier les résultats de leur travail avec une approche bien précise des différents textes imposés. Bravo à tous pour cette magnifique réalisation ! »

Naturellement, la technologie n’est pas la solution à tout. « Il nous manque la chaleur des rencontres et des échanges directs », précise Véronique. « Nous n’avons pu voir leurs yeux briller à l’annonce des résultats ! » Mais elle permet à d’avantage de personnes d’entrer en contact les unes avec les autres, de travailler ensemble à un objectif commun et de découvrir quelque chose du monde de l’autre. « J’ai toujours été préoccupée par le fait que se rendre en France pour un concours est tout simplement trop cher pour de nombreux étudiants », explique Marie-Monique. « A l’aube d’une nouvelle ère, les outils informatiques permettent des perspectives innovantes. »

Véronique Chenuet« A notre époque de distanciation physique, le concours en ligne est une solution pour continuer la promotion de la harpe, de son répertoire, et le soutien aux jeunes harpistes. Chaque candidat a reçu un commentaire sur sa prestation, une façon d’établir un lien. Espérons que les 2 formules pourront cohabiter pour créer de nouveaux liens avec des harpistes lointains et que nous pourrons nous retrouver pour le prochain Concours Français de la Harpe, en vrai, en 2022.
Je remercie toute l’équipe qui s’est mobilisée pour créer cet événement et Jakez qui a fait le lien avec les organisateurs et jurys chinois et notre équipe française. » – Véronique Chenuet, Directrice artistique et fondatrice du Concours Français de la Harpe

 

« À une époque où l’accès à internet est presque plus répandu que celui à l’eau potable, la musique online est une bonne alternative aux concerts endormis. Mais ça ne reste qu’une alternative : aucune galerie pinterest ne remplacera jamais les vraies couleurs de la vraie peinture du vrai tableau.
Internet est pour tous les artistes un respirateur artificiel. Il ne permet pas aux artistes de vivre, mais seulement de survivre. Aussi, jouer devant une simple caméra se révèle paradoxalement aussi déprimant que stimulant. Déprimant parce que sans public, stimulant parce que c’est un acte résistant.
Sylvain Blassel C’est pourquoi je voudrais remercier la maison Camac d’être ainsi entré en résistance avec autant de succès : cette résistance active et militante a réussi à stimuler tous ces jeunes artistes.Je voudrais féliciter tous les candidats. C’est connu, on joue différemment dans sa chambre, et chaque concours évalue comment les candidats jouent en public. Là, chacun n’a eu d’autre choix que de jouer dans son coin et faire « comme si ». L’exercice peut paraître artificiel, mais il est aussitôt contredit par l’engagement et la détermination de chaque candidat.

Voilà qui augure de beaucoup d’espoir pour le retour des jours meilleurs. »

Bravo à tous. – Sylvain Blassel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.