Le blog des Harpes Camac

Blog > À la une > Le Congrès mondial de la harpe, Cardiff : 4e jour !

Le Congrès mondial de la harpe, Cardiff : 4e jour !

Le lundi 25 juillet fut une journée super chargée pour l’équipe Camac. Nous avons commencé par déplacer un très grand nombre de harpes vers des concerts à travers tout le Royal College. C’était formidable de voir plusieurs bénéficiaires de nos parrainages être au programme des concerts Focus on Youth : Natalia Skonieczna (Pologne), membre de l’Académie Camac 2022 ; Martin Sadilek (République tchèque), lauréat du récent concours Félix Godefroid ; et Janice Hur (Corée du Sud), lauréate du concours Godefroid 2017, qui s’est également produite en solo lors de notre festival à Washington DC.

 

Tajana Vukelić Peić, Peter First

Tajana Vukelić Peić, Peter First

Nous étions un peu en famille lors du concert donné par Tajana Vukelić Peić, notre partenaire en Croatie. En duo avec Peter First, Tajana a interprété une œuvre intrigante de Charles Reskin (1946-) : “Three Gestures” pour harpe et trompette, avec un fantôme bouddhiste effrayant pendant le deuxième mouvement.

 

Elsa Garcia, Isabelle Perrin, Heinke Felicitas Geiger

Elsa Garcia, Isabelle Perrin, Heinke Felicitas Geiger

Nous avons été désolés de manquer la performance expérimentale de Rhodri Davies, n’ayant jamais oublié son film où il brûlait une harpe en ouverture du Congrès mondial d’Amsterdam en 2008. Nous avons toutefois réussi à assister, une demi-heure plus tard, à un magnifique concert d’Elsa Garcia et Felicitas Geiger : un programme de musique de compositrices du XIXe siècle. Elsa et Felicitas sont toutes deux des élèves d’Isabelle Perrin à Oslo, et leur ensemble naturel et leur choix d’œuvres fines et légères étaient agréables à écouter.

A la mi-journée, nos deux harpes Jubilé sont apparues ensemble pour la première fois, lors d’un extraordinaire concert de Mai Fukui et Caroline Lizotte. Mai a joué « L’aile éloignée » de Reiko Hashimoto, pour harpe à pédales acoustique et harpe celtique électrique. Cette œuvre est inspirée par l’amour de la compositrice pour les oiseaux – la DHC 32 représentait le bébé oiseau !

Caroline Lizotte est ensuite montée sur scène pour interpréter sa Stellar Sonata Op 51 pour harpe électroacoustique, sur notre Jubilé électroacoustique. Elle a été largement ovationnée, et puisqu’il y avait du temps pour un bis, elle nous a joué un mouvement de sa Suite Galactique.

En début d’après-midi, des amis de Paris étaient au programme des concerts organisés dans le foyer : l’ensemble Harpo-Mélusine, sous la direction de Myriam Serfass. Ils ont été suivis par l’excellent jazz solo de Stina Hellberg Agback. Stina aime jouer une harpe acoustique avec un système de capteur et préampli Ischell Box, et nous avons tous apprécié le son pur et fidèle que procure ce type d’amplification. Le dernier concert de la journée, dans le foyer bondé, avait pour vedette Tara Minton. En duo avec Ed Babar, ils ont interprété la musique de leur dernier album, « Two for the Road ». Leur duo est un vrai bonheur à écouter et si vous l’avez manqué, vous pouvez entendre plusieurs des chansons qu’ils ont jouées à Cardiff lors de leur récent concert en ligne pour notre série YouTube des Jeudis de la Harpe.

Sophie Hallynck et ses collègues Isabelle Chardon (violon) et Christophe Delporte (accordéon), alias le Trio Phalaena, nous ont époustouflés par l’énergie de leur jeu et l’originalité de leur ensemble, et ce à travers un fantastique éventail de répertoire allant de Scarlatti à Franck et de Falla. Si vous avez l’occasion de les entendre en concert, ne la laissez pas passer !

Vous trouvez que cela fait déjà beaucoup de concerts de harpe ? Ce n’est pourtant pas fini car au Congrès mondial, les programmes de harpe sont sans fin. Il y avait encore sept ou huit événements formidables en réserve pour aujourd’hui, et votre infatigable équipe Camac s’est rendue à chacun d’eux. Nous ne pouvions pas manquer Pluck !, la comédie musicale pour harpe créée à Singapour par Katryna Tan et ses merveilleux élèves de l’école Rave Harps. Katryna les écrit depuis 2012 et elles démontrent quel niveau peut atteindre un groupe d’élèves, même avec des très jeunes. Les comédies musicales sont mises en scène de manière impeccable, entièrement interprétées de mémoire (y compris les morceaux d’ensemble de harpe), et rayonnent d’élan, d’optimisme et de joie.

N’oubliez pas que le Happy hour de Camac commence tous les jours à 17h30 ; aujourd’hui, c’était le tour de Heather Downie, avec un splendide concert de musique traditionnelle écossaise pour harpe celtique et chant.

En suivant la rue St Mary jusqu’au St-David’s Hall pour le concert « World of Harps », il semblait que tout le congrès s’y était donné rendez-vous pour dîner rapidement dans les restaurants. Il ne fallait pas traîner : des harpes du monde entier nous attendaient, de Syrie (Maya Youssef), du Japon (Hiroko Sue), de Gambie (Sura Susso, Suntou Susso et Modou N’Diaye), du Venezuela (Leonard Jacome, sur la llanera électrique que nous avons construite en collaboration avec lui), d’Ecosse (Rachel Newton, sur DHC 36), et du Pays de Galles avec groupe de folk contemporain, Calan. Nous avons également apprécié les introductions de Catrin Finch, très pédagogiques sur les différentes constructions de harpes dans les diverses cultures musicales. Le Congrès mondial se caractérise par ses nombreux voyages : au cœur du pays hôte, mais aussi à travers le monde de la harpe.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.