Le blog des Harpes Camac

Blog > Actualités > Andrew Lawrence-King explore la Llanera Camac

Andrew Lawrence-King explore la Llanera Camac

Il y un lien étroit entre la musique sud-américaine et la musique ancienne. Au temps de la Conquête Espagnole, la arpa de dos órdenes chromatique était l’un des instruments les plus importants en Espagne. Les Conquistadors, les colons laïcs et les missionnaires (en particulier les Jésuites) valorisèrent tous la harpe et la vihuela avec un tel enthousiasme que ces deux instruments se développèrent bien plus que les autres au début de la colonisation de l’Amérique du Sud.

Andrew Lawrence-King, l’un des plus grands interprètes de musique ancienne au monde et harpiste ayant le plus grand nombre d’enregistrements à son actif, est actuellement en tournée avec Jordi Savall. Et… il joue sur notre llanera ! Nous avons conçu cette harpe pour Edmar Castaneda, mais Andrew est venu à Mouzeil pour l’essayer, et son premier concert avec cette harpe s’est déroulé le 14 août à Poblet, près de Barcelone. La partie du concert où il fait appel à la llanera est consacrée aux chansons traditionnelles catalanes, le programme inclut également les Cantigas de Alfonso el Sabio et le Livre Vermeil de Montserrat.

Nous sommes à la fois ébahis et fascinés de voir ainsi la boucle se boucler : des plaines de la Colombie à l’Espagne ancienne.
Nous vous proposons donc ci-dessous d’en savoir un peu plus sur l’utilisation qu’Andrew a faite de notre llanera !
 

 

L’accord

 

 
« J’ai emporté la arpa llanera avec moi en tournée (Arc-et-Senans, Fontfroide/Narbonne, Graz, Salzburg). Entre les répétitions à Arc-et-Senans, j’ai exploré le système d’accord.

 

 
Comme vous le disiez, il est rapide et facile d’utilisation. Pour la musique médiévale, j’aurais souhaité des demi-tons un peu plus espacés (117 cents), mais je n’avais pas le temps d’essayer cela. Pour les musiques Renaissance et baroque, je souhaitais plutôt réduire les demi-tons. La limite des ajustements est atteinte lorsque la corde à vide frise contre les pièces en métal, et alors on ne peut plus la rapprocher de la console. J’ai découvert que dans le registre des médiums, je pouvais aller jusqu’au mésotonique au 1/6 de comma (demi-ton mineur = 89 cents), mais pas jusqu’au mésotonique au 1/4 de comma (demi-ton = 76 cents).

 

 
Le mésotonique au quart de comma est le tempérament historique des musiques du 16e siècle et du début du 17e siècle, mais il est considéré, y compris par les adeptes de la musique ancienne, comme étant « extrême ». Le mésotonique au 1/6 de comma est le tempérament historique pour les musiques de la fin du 17e siècle et du 18e siècle (il est aussi tout à fait approprié pour des répertoires plus tardifs, jusqu’à ce qu’il soit supplanté par l’utilisation généralisée du tempérament égal avec l’invention des accordeurs électroniques). Le mésotonique à 1/6 de comma est aussi un compromis très utile dans certaines situations modernes : adapté pour les musiques renaissance et baroque sans être trop « extrême » (c’est-à-dire pas trop éloigné du tempérament égal auquel la majeure partie des musiciens actuels est habituée).

 

 
Si bien que la possibilité d’accorder la arpa llanera sur un tempérament mésotonique au 1/6 de comma est bien utile. Cela me permet de trouver un excellent compromis qui fonctionnera très bien pour ces concerts difficiles dans lesquels nous abordons un large répertoire, éventuellement en extérieur et amplifié, partout où la arpa llanera peut faire ce que les harpes anciennes ne peuvent pas. Et cela permet aux élèves d’avoir un « son musique ancienne » qui ne mettra pas trop leurs collègues en difficulté, tout en restant historique.

 

 
D’une manière générale, la pertinence de la llanera pour les élèves de musique ancienne est un bonus fantastique et inespéré.
 

 

Le jeu

 

 
llanera/Savall

Xavier Diaz Latorre, Leopoldo Novoa, Camac EC llanera

Le projet à Arc-et-Senans était tout simplement incroyable : j’avais six harpes historiques à jouer, allant de la harpe médiévale à une harpe simple-mouvement de 1784, en passant par la harpe baroque. Et la météo était terrible : de violents orages et une humidité impressionnante. Si bien que lorsqu’une répétition supplémentaire a été organisée dans un autre bâtiment, il était hors de question de transporter l’une des harpes anciennes sous la pluie. La arpa llanera est venue à notre rescousse et j’ai fait cette répétition du Combattimento de Monteverdi sur cette harpe. Bien que je ne sois pas habitué à manier les leviers pour un tel répertoire, la harpe a très bien fait l’usage : les basses puissantes se mélangeaient bien avec le théorbe, et le chanteur, ainsi que l’ensemble du groupe, ont accepté l’instrument sans se poser de question. Nous avions organisé une fête d’anniversaire surprise pour Jordi le lundi, et de nombreux musiciens étaient présents, parmi lesquels sa fille Arianna, Leopoldo Novoa (qui joue de la harpe, entre autres instruments, et interprète de la musique traditionnelle colombienne et de la musique ancienne), et le célèbre guitariste Xavier Diaz Latorre (qui aime bien se dégourdir les doigts sur les harpes aussi !). Nous avions donc apporter la arpa llanera pour l’occasion. J’ai montré à Arianna comment fixer les pieds et comment les leviers sont faits et… c’était parti ! Ils m’ont pris la harpe des mains et en étaient tellement contents que c’est à peine si j’ai eu l’occasion d’en jouer pendant la suite de la soirée !

 
Arianna était ravie par la tension et l’espacement des cordes, et m’a rejoint sur le fait que cet instrument pouvait être un tremplin vers la harpe ancienne pour les débutants, ou pouvaient être utile aux élèves qui s’intéressent à un répertoire assez large. Leopoldo connaissait déjà ce projet et était très heureux d’avoir l’instrument entre les mains : Xavi et lui se sont lancés dans une jam session harpe/guitare de sones mexicains jusque tard dans la nuit.

 

 
C’est ainsi que cette harpe était déjà en train de se faire de nouveaux amis de chaque côté de l’Atlantique, et tout particulièrement à ce point de rencontre entre la musique ancienne et la musique traditionnelle que (chacun à sa manière) Arianna et Leopoldo incarnent.

 

 
Tout le monde a noté l’utilité du système d’amplification dont la harpe est dotée, mais ils n’ont pas encore eu l’occasion de l’essayer.

 

 
La harpe est super. J’espère que ce récit vous donne une idée de tout l’enthousiasme avec lequel la harpe a été accueillie, et vous donne aussi un aperçu du fait que cet instrument fonctionne tout à fait dans des répertoires pour lesquels il n’a pas été conçu au départ. La musique hispanique historique fait clairement partie de l’ADN de cette harpe ! »
 
Andrew Lawrence-King

 

 
Pour ceux dont la curiosité est attisée par la musique ancienne en général, le mieux est encore de s’asseoir confortablement et de parcourir le blog fascinant d’Andrew. C’est une mine d’informations, mais aussi de réflexions : une fantastique fenêtre ouverte sur un monde d’idées et de philosophies qui sont intéressantes en elles-mêmes, mais qui éclairent aussi le présent.
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.